Claude JOSEPH, un martyr et/ou un sacrifié ?

Quelques heures après la publication d’un « document » émanant du Ministère des affaires Étrangères adressé aux chefs de missions diplomatiques en date du 26 mai, les réseaux sociaux explosent et s’enflamment. Ledit « document » fait actualité. La communication du Ministère et du Ministre paraient impuissantes. Et… les vieilles pratiques sont rapidement mises à profits, comme pour freiner la sortie intempestive du jeune Chancellier haïtien.

S’il est avéré qu’aucun journal de la place- peut-être trop intéressé – n’arrive à questionner l’authenticité du« document » en question, la rédaction Analyseht décide de retourner sur certains points d’ombres.

1- Pourquoi le « document » n’est pas authentifié ? En attente d’une réponse de la direction générale du ministère, nous choisissons de passer à autres choses.

2- Pourquoi certains médias, jadis plus proches du professeur Claude Joseph, choisissent de le clouer au pilori ? Comment faire comprendre à une jeunesse « rabòday », à notre classe moyenne « Rav4 » que les positions articulées par un professeur d’Université devraient être analysées différemment de la position d’un Ministre en fonction ou d’un politique ?
En 2016, le prof Claude JOSEPH avait sa position de la situation politique du pays. Voilà aujourd’hui, en 2020, devenu Ministre, Claude rend compte à Joseph de sa position antérieure.

Et la vie continue…

Qui avait dit que la politique n’est pas dynamique ?

Qui avait enseigné que le discours d’un scientifique est loin d’être le discours d’un politique.

Qui avait affirmé que l’homme aux abords du pouvoir n’est pas censé être l’homme au pouvoir ?

En conséquence, 4 années après, Claude Joseph comme tout le monde a changé. Il détient un doctorat en politique publique et semble comprendre mieux les contours et les coups bas de la politique en Haïti.
Cependant, il serait plus grave pour un homme politique qui émet deux (2) positions politiques contradictoires sur un même sujet. Là on parlerait de discours politique « anba ti vant » « abolotcho » « souf kout »…

La science a sauvé Claude Joseph ! Il lui revient  de sauver la pratique politique en Haïti.

Par ailleurs, de par son intervention naïve et/ou diplomatique au débat, des fois qui descend tout bas, relatif à la fin de mandat de Jovenel Moïse, on peut dialectiquement comprendre que Claude JOSEPH a choisi de couper court aux rumeurs, lui présentant comme premier ministrable.

Erreur de jugement ou test de popularité ?

Le 146e ministre des affaires étrangères, l’ancien GNB fougueux de la génération 2004 semble faire peur à l’ancienne génération. Claude JOSEPH est-il en état psychologique pour diriger le ministère des affaires étrangères ?

Sera-t-il le chancelier haïtien le moins voyager ?

Qui sont les autres JOSEPH du gouvernement Moïse/Jouthe qui lui mettent les bâtons dans les roues ?

En raison de la crise sanitaire liée à la coronavirus, Claude Joseph a passé instruction aux chefs de missions diplomatiques, sans toutefois avoir la possibilité de les (re)évaluer.

À quelque chose, malheur est bon !

Les parlementaires faiseurs de consuls et de diplomates seront les grands bénéficiaires de la « décision prise » par le Ministère des Affaires Etrangères à travers ledit « document »

Hélas !

Un document dont la forme et le fond semblent approuver politiquement et historiquement que par un ou des diplomate (s)

redactionanalyse@gmail.com

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 ⁄ 9 =