Dadou Point Barre !

Après l’aboutissement de plusieurs mois d’une enquête menée par un jeune journaliste d’un média étranger, la Fédération Internationale Football Agency(FIFA) a écopé le principal capitaine de la Fédération Haïtienne de Football (FHF) d’un carton rouge à la 90ème minutes.

Yves Jean Bart dit Dadou est un super capitaine. Il peut aisément jouer avec sa tête et avec ses deux pieds. Ses mains semblent un atout majeur quand il est en compagnie des joueuses féminines. Dadou, doudou, papa, on n’en sait pas trop comment les filles le surnomment.

L’amour de Yves Jean Bart pour le sport roi a occasionné un mépris pour ses activités professionnelles de Médecine. Il semblerait qu’il a plus d’amis dans le milieu politique, de chroniqueurs et d’ « expliqueurs » sportifs que d’amis Médecins.

Surnommé l’homme « visa » dans le milieu sportif, Dadou a caricaturé l’image d’un vrai consul. Le « visa » constitue son arme de négociation et de combat. Dirigeants de club! Associations de Journalistes sportifs ! Chroniqueurs et « explicateurs » !… Aucunes de ces catégories n’oseraient l’affronter.

« N’importe quel journaliste de la radio galaxie, en dehors de ses liens professionnels avec la section sportive peut intégrer n’importe quelle délégation de n’importe quelle sélection, de n’importe quelle catégorie ( U17, U22,..) », affirme un journaliste et chroniqueur sportif du Cap-haïtien.

Parlant de Dadou sans parler de ses sacrifices pour faire avancer le football, pour éduquer les jeunes, c’est méconnaître le vrai Dadou.

Est-ce pourquoi dans d’autres milieux, il se présente comme l’homme « rechignant ». Lors de ses campagnes médiatiques et de charmes menées quelques jours avant chaque déplacement d’une de nos sélections nationales, il se rechigne ! Il se plaint! Il quémande! Il peut faire le tour des stations de radios, le tour des Ministères en vue de conscientiser la population, les autorités Etatiques, le secteur privé et trouver quelques « miettes » pour la sélection. Après… pas de rapport de dépenses ! Rendez-vous pour une prochaine campagne médiatique.

« Des fois, je me demande si la Fédération Haïtienne de Football n’a pas un administrateur et un comptable agréé qui peuvent planifier et soumettre un budget prévisionnel comme le font d’autres instances », se questionne cet entrepreneur du secteur privé contacté par Analyse Média.

« Dans le « big Bussnes », c’est Dadou deal ! Il connaît les rouages, il détient un vrai carnet d’adresse. Il sait et peut négocier pour en tirer son profit personnel et matérialiser le projet proposé », relance le même entrepreneur, propriétaire de plusieurs stations d’essence.

Dadou et la compagnie Digicel

On s’en souvient de ce deal vite dénoncé par les dirigeants de clubs. Digicel n’avait même pas pu gérer l’aspect équipementier des clubs ainsi que les supporters voire assurer une bonne identité visuelle de nos sélections. Seul point bénéfique: La ronde des stades sur la radio Galaxie.


Dadou: ProRade et Saeta


Alors qu’on s’attendait à un vrai contrat de forte facture avec Gatorade, on était surpris de voir Dadou livrer la sélection à ProRade. On attend que les responsables de ProRade se comportent en vrai sponsor officiel.
Quant à Saeta, il suffit de regarder jouer les sélections de football des pays de la région Caraïbes et d’Afrique pour comprendre que les grandes marques sont de leurs côtés. Ils ne sont pas dans notre état ni jouer avec Saeta.
Entre Dadou et son fils qui peut nous faire le bilan du « contrat de sponsoring visant à habiller les différentes sélections nationales (U-15, U-17, U-20, U-23 et Sélection A) pour la bagatelle somme d’un million de dollars américains en équipements… »

redactionanlyse@gmail.com

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 × 30 =