Spread the love
"/>
Header Ad

Categories

Most Viewed

MONTANA, LAVALAS, bourgeoisie : les non-dits d’une proposition.

À part l’annonce de mesures visant à rétablir la sécurité pour le peuple haïtien, la création d’un Conseil national de sécurité et la réforme de la PNH insérées dans la feuille de route de la transition, la question des GANGS ARMÉS et leurs complices ainsi que celle des forces armées d’Haïti ont été nommément évitées.

Toutefois, on admet que c’est un document lourd et un lourd document et même trop lourd à appliquer que proposent les signataires.
Du côté de la transparence, en plus d’un organe de contrôle de l’action gouvernementale, ladite proposition réitère la mise en place d’un groupe d’observation de la transition. Des postes et des DJÒB dont aucun mécanisme ni de recrutement ni d’effectif n’a été dévoilé.
En rapport à la discrimination, on constate, plus loin, un double langage, de l’hypocrisie et une forme d’exclusion voilée dans ladite proposition. Si d’un côté elle prône la création d’une commission Justice, Vérité, Réparation, et Réconciliation, d’un autre côté, on se demande si les signataires ne se surestiment pas. Ils paraissaient trop parfaits, trop suffisants, oui bien trop !
En témoigne un annexe de trop présentant LEURS PROPRES critères pour le rôle de Premier ministre…(violation de la constitution); et des critères farfelues pour ceux qui devraient siéger dans le nouveau gouvernement (personnes de caractère, casiers judiciaires irréprochables, compétences, honnêteté…)

Spread the love

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*

    Résoudre : *
    8 + 1 =