Vers l’appellation de la nouvelle PNH ?

Depuis que le Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) soit en 2019, avait minimisé les revendications des policiers relatives, entre autres, à la création d’un syndicat au sein de la PNH. Le qualificatif « terroriste » attribué à leur mouvement successif entaché des actes de violence dans la capitale, pour satisfaire le BLANC ou non. De ce fait, la création stratégique d’une force de pression « fantôme 509 », a contribué à la capitulation des membres du CSPN et le démantèlement du haut Commandement de la PNH.

Il a fallu d’énormes pertes en matériels (dont aucun Ministre des finances n’oseraient évaluer le coût) pour permettre au « fantômes 509 » (certains défenseurs du pouvoir qualifient de « bras politique de l’opposition » et/ou la force de pression du SPNH) d’obtenir un certain satisfécit de leurs revendications.

Des changements politiques et techniques sont opérés. Certaines revendications du SPNH sont palpables et dirait-on même évidentes . La vanne syndicale de la PNH est ouverte. Des officiers de police sont mutés, humiliés…La PNH clouée au pilori semble souffrante d’une infection à H.pylori cancérisée.

Un Léon Charles indomptable après l’opération Bagdad est de retour avec son cheval (Chwal) blanc ». Qu’est-ce qui diffère Léon Charles de 2004 de Léon Charles de 2021 ? Pas certainement son âme ni son charme, peut-être son arsenal d’armes !

A un moment où des jeunes se convertissent en humoristes de bas étages et des influenceurs-ranseur en quête d’audience sur les réseaux sociaux attribuent des « surnoms vraisemblables au DG de la PNH, il serait aussi important que ces derniers commencent à faire travailler leur neurone/ méninge, afin de retrouver la nouvelle appellation qu’on devrait donner à notre PNH.
Léon Charles était là en mars 2004 à la tête de la PNH pour sauvegarder les vestiges de ladite institution, piétinée, avilie, chimérisée par le régime Lavalas. Voilà qu’en 2021, il marque, à l’évidence, un retour méconnaissable à la tête de l’institution, incapable de faire le pont et rétablir la confiance PNH- Population, incapable de faire de la PNH une institution respectable et respectée. De plus, la PNH a toutes les peines du monde à bien mener une opération d’envergure réussie qui pourrait rehausser le visage de l’institution, réduire la prolifération des gangs armés essaimés dans les grandes villes. En fin, reduire relativement le réseau de corruption des agents de la circulation et des postes frontaliers.

Un Léon Charles pour un retour détourné et sans détour ?

Face à une opposition opposante, et la bataille politique de l’usure que pense gagner Jovenel Moise, tout le monde voit arriver le démantèlement à petit feu de notre PNH. Avec la fusion des agents de l’UDMO en CIMO, la poursuite judiciaire à l’encontre de certains membres de l’autre Syndicat, Léon Charles constituera-t-il le dernier DG de la PNH ? Aura-t-on une PNRH (Police Nationale Réformée d’Haïti) ou une PSH (Police Spécialisée d’Haiti) à l’avenir?

redactionanalyse@gmail.com

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 × 24 =