Une FIFA pour la PNH !

Ce serait inintelligible et incompréhensible de penser qu’une instance de football oserait enquêter sur l’institution policière du pays.

Si la décision d’écarter le Dadou du football national provenait d’une enquête menée par des journalistes sportifs Etrangers, certains observateurs partisans du corps professionnel de la PNH croyaient qu’un jour arrivera qu’une enquête généralement quelconque pourrait révéler les nombreux cas d’abus, des décisions amateur, des ordres manifestement illégaux venant du haut commandement de la PNH.

A partir de là ! La population saura tout sur les personnalités qui font rouler le ballon de dédouanement d’armes à feu et de munitions sur la pelouse synthétique du Port Lafito; sur le terrain de la douane de St Marc et du Cap-haïtien pour le derby: armes vs bandits.

A Port-au-Prince, la FIFA n’aura qu’à superviser les matchs sur le terrain de la circulation de Delmas 2 où certains de nos policiers sont aussi des vendeurs de matchs, des fiches de contraventions ça et là , de faux permis de conduire…
A l’inspection générale, des abus et injustices subies par des policiers seront sanctionnés en octroyant des cartons jaunes et des cartons rouges pour ceux et celles qui vendent les matériels de la PNH; des avertissements musclés pour ceux au niveau de la DCPA qui refusent d’octroyer les arriérés de salaires aux policiers.

Sur le terrain de la Direction Générale, le ballon de l’indignation doit occuper le carré 5m50 du bureau de Léon Charles jusqu’à ce que ce dernier arrive à faire passer le ballon de la détermination, du dévouement et d’autorité au niveau de toutes les unités spécialisées.

En attendant qu’on réinvente une PNH qui prendrait en compte les besoins et les complaintes des habitants de Delmas 2, 6, 18, 95, Bel air, sans fil, Savien, Gros morne, village de Dieu, Ti bwa, grand ravine, morne Lazarre, Cité Soleil.. nous disons bon retour aux vaillants policiers qui assurent nuit et jour le contrôle de nos routes principales et secondaires sans quémander des « Toro » alors qu’ils laissent filer de gros véhicules cylindrés suspects et piégés.

Un nouveau CSPN doit penser à faire identifier via une matricule tous les policiers généralement quelconque. Aussi, des primes de risques doivent être accordées aux policiers qui font du « protéger et servir » leur boussole. A contrario, des sanctions doivent être prévues aux policiers qui agissent en  « fantômes 509 » lors des patrouilles et des « check point » ce, sans respect pour l’uniforme, sans respect pour des cadres Étatiques et sans respect pour des honnêtes citoyens.

redactionanalyse@gmail.com

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 × 16 =