Le feu comme symbole de résistance populaire

Sans vouloir faire l’apologie ni l’éloge voire la représentation du feu dans notre imaginaire collectif et historique, nous essayons de ne pas théoriser sur l’importance du feu pour l’homme (approche évolutionniste).

Cependant, force est de constater que des siècles après, pour nous autres haïtiens, nous sommes incapables de maîtriser voire contrôler la dimension de cet outil dit de libération.

Si nos ancêtres ont pu manier le feu et l’utiliser en bon escient contre les colons français, Dessalines le père fondateur, en bon stratège a su exploiter le feu et arriver à contenir les colons, grands propriétaires terriens loin de leurs champs de plantations et… loin de St Domingue… loin d’Ayiti Thomas, mère de liberté. …….Politique de la terre brûlée !

L’haïtien moderne n’a, jusqu’à présent, pas pu maîtriser le feu! Les plus dupes et/ou les développementistes qualifient cette stratégie de vouloir tout incendier, passer au fumé tout ce qui bouge lors des mouvements de protestations comme un véritable frein au développement du pays.
Pour eux, « kraze brize et dechoukay, boule byen moun, boule machinn malere » lors des manifestations sont des signes qui montrent que ceux et celles qui s’adonnent à ces pratiques sont encore à l’état sauvage.
A-t-on, sans jugement valeur, essayé une fois de prendre leur place ?

Sans dédouaner leur forfait et essayer de justifier la violence comme ultime finalité… nous qualifions d’irréaliste toutes personnes qui utilisent leurs œillères pour ne pas questionner le pourquoi et ce, sans apporter aucun jugement de valeur.

Pour cette catégorie… leur crédo est clair et par compréhension ou non, créer, supporter et/ ou financer l’instabilité et le chaos en rendant le pays ingouvernable et… invivable par le moyen du feu et ses corolaires constituent un véritable canal pour enfin arriver à leurs fins politiques et bousiller le symbole établi.

Une fin politique polysémique!

Si on prend le 20eme siècle… parfois pour accéder au pouvoir… comme 1990-1991, en 2006 avec Preval, en 2010 avec Martelly. Et inversement pour renverser le pouvoir…. en 1986, en 2004 contre Aristide, en 2015 contre Martelly et 2019… l’histoire se répète !

A quand un véritable cessez-le-feu ?

SR

redactionanalyse@gmail.com

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
44 ⁄ 22 =