« Bakaloreya pou chèf Ayiti »: Pradel Henriquez et Joseph JOUTHE, élèves studieux ?

S’il faut compter les initiatives prises durant le confinement strict occasionné par la pandémie du Covid-19, « Bakaloreya pou chèf Ayiti » doit en faire partie.

Moins de deux(2) semaines après son lancement, « Bakaloreya pou chèf Ayiti », lancé par Yvenert Foesther JOSEPH, PDG de la Radio San Fin (RSF) suscite remous et humour. A travers dix questions dont la dernière charrie l’injure populaire, historiquement léguée durant la période coloniale. Avec comme différence, ce n’est plus le colon qui va guetter la mère de nos CHEFS mais le correcteur par excellence, le peule haïtien. Ce dernier demande de meilleures conditions de vies et des résultats.

A travers « bakaloreya pou chef Ayiti », Yvenert met Ministre, Directeur Généraux en déroute et tente à perturber leur sommeil. « Bakaloreya pou chef Ayiti », une nouvelle forme d’écriture journalistique ou la concrétisation du journalisme d’enquête ?

Alors que l’élève Pradel Henriquez qui, le seul, à date, a subit l’examen de façon écrite, son voisin de la première rangée de classe Joseph JOUTHE lui, avait opté pour la composition orale. Une façon pour ces deux élèves studieux de bénéficier la bonne grâce du correcteur (le peuple). Et les élèves qui pratiquent l’école buissonnière au sein du gouvernement Moïse/Jouthe ? Le peuple va probablement leur guetter. Suivez notre regard !

Après délibération des correcteurs, Analyseht publie et la feuille d’examen corrigée ainsi que la note 10/10 attribuée par l’élève Pradel Henriquez.

des correcteurs, Analyseht publie et la feuille d’examen corrigée ainsi que la note 10/10 attribuée par l’élève Pradel Henriquez.

Kesyon pou elèv Pradel Henriquez, minis kilti ak kominikasyon sou covid-19.

1- Yvenert : Eske se ansyen PM Lapin vre ki pratikman chèf ministè kote yo di w minis lan? Se ta tankou yon chèf kabinè w ye?

Pradel Henriquez:  Merci cher Yvenert pour ton questionnaire. Désolé pour ta première question, je suis bel et bien Ministre . Il se trouve que MPAT JANM RETE AK MOUN de toute ma vie. Je suis un homme libre. Et peu enclin au pouvoir, à l’argent, et aux jobs dans la fonction publique qui m’a paradoxalement permis de voyager et d’étudier à l’étranger. Je dois en ce sens une fière chandelle à mon pays et à la France du temps ou la coopération française en Haïti permettait encore à des jeunes comme moi ( j’avais 30 ans) de se perfectionner . Ma bourse à Paris de DESS par exemple était pris en charge à 100 % par l’Etat français qui me remboursait même mes escapades au cinéma. Et mes randonnées culturelles en Belgique, au Canada et dans les provinces françaises.

2-  Yvenert: Eske, onètman,  ou gade TNH pou konnen sa k ap pase nan kovid-19 nan peyi a?

Pradel Henriquez: Les Directeurs Généraux des organismes autonomes sont autonomes et sont redevables par devant la loi et par devant la cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCA).

3- Yvenert : Konbyen kòb bidjè kominikasyon an monte pou sansibilizasyon kont kovid-19 la?

Pradel Henriquez: il est tellement facile pour toi de vérifier le nom du Ministère de la Culture et de le Communication sur la liste des bénéficiaires du fond d’urgence destiné à la gestion du Covid-19. Le MCC dispose encore de son budget propre de fonctionnement.

4- Yvenert:  Pou kisa leta oblije peye medya yo pou pase espòt sansibilizasyon kont kovid-19 pandan gen lwa (CONATEL) ki bay posiblite nan ka konsa pou leta benefisye espas pou l fè pase mesaj gratis?

Pradel Henriquez: Des réunions ont eu lieu entre les associations et les patrons de médias sur les difficultés financières qu’ils traversent et sur la nécessité de les accompagner durant la pandémie.

  1. Kilès ou te mande padon pou li ka kite w minis, kisa w te ofri l ou poko ba li paske l ap takle w rèd ?

Pradel Henriquez: Je n’ai de deal avec personne. Je n’ai appartenu à aucun groupe politique de ma vie, ni à un clan, ou à une mafia. J’ai commencé à donner des leçons particulières à 11 ans où  je touchais alors 10 gourdes par  mois entre mes 11 ans et mes 16 ans. Pour devenir ministre j’ai étudié en Haïti puis, à l’étranger. Avec des formations et des stages dans une quinzaine de pays. Puis j’ai assumé 25 ans de carrière dans la fonction publique de la culture.

  1. Ou di w fè ankèt sou dife ki te pran nan legliz milo a, ou di gen moun ki arete, pou kisa peyi a pa ka wè imaj moun sa yo?

Pradel Henriquez:  En tant que journaliste, vous interrogez le directeur départemental de police du Nord et le commissaire du gouvernement de cette ville pour les détails.

  1. Tout peyi ki respekte tèt yo devwale plan yo sou repriz aktivite kiltirèl yo, kot pa w la e kilè atis ap ka retounen travay?

Pradel Henriquez: le statut socio professionnel des artistes et écrivains en Haiti n’est pas défini comme dans ces pays là, mon cher Yvenert, même problème lié au statut socio professionnel des journalistes dans notre pays. Actuellement, il existe depuis mon arrivée, un projet de loi pour répondre à ce sujet. Par contre j’ai plusieurs plans:

– plan directeur culture (draft)

– plan d’implantation des industries culturelles validé par les instances culturelles internationales notamment l’OIF. L’Etat d’urgence décrété par le gouvernement reste et demeure le seul document qui régit actuellement la reprise des activités culturelles dans le pays comme activités de foules.

  1. Sou Marie Lorence, ou te yon direktè TNH grenn plen. Ou pat respekte minis lan ki te menm konprann li ka revoke w, eske se pa sa w ap viv ak Gamal la nan tèt TNH? Eske w renmen jan TNH ak RNH ap mache kounye a? si wi pou kisa se pa sou yo w pale lè w bezen pale?

Pradel Henriquez : les questions  2 et 8 sont idem pour moi. Ainsi j’estime que j’ai déjà répondu. Par contre le sujet de la réforme des médias est plus sévère que cela après des années de destruction de ces médias dont j’ai réussi entre 2006 et 2012 à rétablir l’autorité et le sens du service public. Par ailleurs, le changement d’un Directeur Général dans la fonction publique ne relève pas du Ministre de tutelle selon la constitution haïtienne.

  1. Eske w ap chita jus jwi privilèj pòs la ba w san ou pa mete an aplikasyon gwo bout liv ou ekri ki rele : « Déclin de la culture haïtienne »? Eske w tou nan deklen an tou?

Pradel Henriquez : j’écris depuis 30 ans. Jai toujours eu les privilèges de mes publications. Mon dernier livre « déclin de la culture haïtienne » est actuellement sur amazone en vente à $us 70 l’unité et je jouis des ventes selon un accord avec Amazone lui même qui me fait un virement sur compte à partir de chaque livre vendu.

Le diagnostic du secteur culturel que j’ai réalisé est sévère, mon plan d’attaque ainsi que tout un dispositif d’appui institutionnel international est déjà là. Je suis un professionnel de la culture et de la communication reconnu nationalement et internationalement, je pose les pions qu’il faut pour donner une réponse au déclin culturel actuel qui date, d’après moi, de l’assassinat de Jean Jacques Dessalines, au niveau anthropologique, avec incidences graves sur notre histoire de peuple, sur notre présent et même sur notre avenir socioculturel. La vision de la politique culturelle entre 1960 à nos jours a changé. Haïti doit se rattraper à la fois sur le passé récent, en ce domaine, et sur l’implantation du numérique qui s’impose d’ailleurs désormais, avec cette pandémie et la logique du confinement.

10- Ki non manman ou. Pou lè korektè a (PèP la) ap ba w nòt.

Pradel Henriquez : Ma maman est morte. Elle s’appelle Immacula Claude figurant dans tous mes dossiers nationaux et internationaux. Mon papa est mort. Il s’appelle Hilarion Henriquez.

Merci cher Yvenert de m’avoir permis de réaliser ton examen.

redactionanalyse@gmail.com

 

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 ⁄ 1 =