Nos oppresseurs ?

Les oppresseurs: ce sont des juges vendus du système judiciaire (Sankoutcha), des dirigeants sans vergogne qui décident en notre nom (grapyay), des policiers sans scrupule (kokorat).

Les oppresseurs: ce sont les donneurs de leçon, des éléments de la communauté internationale qui utilisent notre ignorance de peuple pour piller nos ressources et font de l’ingérence dans nos affaires internes.

Les oppresseurs sont ceux qui ont tenu mon pays dans la misère depuis des lustres et qui nous défendent de rêver.

Les oppresseurs: ce sont ceux qui violent nos droits à longueur de journée, des intellectuels-idiots qui disent n’importe quoi aux dirigeants comme consultation afin d’aboutir toujours à des décisions anti-peuple, des éléments de la classe bourgeoise qui nous pillent, des banques qui font que ruiner notre système économique, les compagnies de téléphonie mobile et fournisseurs d’internet qui représentent jusqu’à présent une honte nationale (les grands KOKORAT de toute l’histoire du pays).

L’oppresseur: c’est le peuple contre lui-même. Un peuple qui élit des idiots, qui refuse de se rebeller, qui ne veut pas se défendre, qui accepte tout, qui cautionne les bêtises. Un peuple qui agit contre son propre intérêt, qui s’autodétruit pour plaire aux politiciens, un peuple qui s’entredéchire pour des miettes promises par des raquetteurs, des voleurs, des (Kokorat) se trouvant au timon des affaires.

Les oppresseurs: ce sont aussi les journalistes qui utilisent leur micro pour innocenter ceux en principe qui devraient être en prison, qui défendent des renégats pour des bribes.

Les oppresseurs: ce sont les organisations de la société civile et celles des droits de l’homme qui font leur beurre dans nos malheurs, dans nos moments de pleurs, qui se réjouissent là où notre souffrance atteint son paroxysme. Ce sont des bandits de l’opposition politique, des anciens dissipateurs des fonds publics, les mauvais perdants qui brûlent, qui cassent pour la prise du pouvoir.
Se rebeller face à l’atrocité des actes de l’oppresseur est légitime.
Il faut se défendre sans aucune crainte.

#LégitimeDefense

Ensemble, rebellons-nous contre les oppresseurs, luttons contre les (Kokorat) qui prennent notre pays en otage. Combattons-nous pour une nouvelle Ayiti, le pays dans lequel vivre est possible, le pays dans lequel nous voulons vivre.

VF

redactionanalyse@gmail.com

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 × 24 =