La PNH envahie par des moustiques !

On dirait des pigeons qui survolent le champs de mars des années 2003 sous l’administration Jean Bertrand Aristide, les moustiques font la loi et empêchent une journée entière de travail.

Les employés sont aux abois, les tenues vestimentaires aux bureaux sont modifiés. Nous sommes contraints de nous vertir en patalon et chemise manche longue, pour les hommes, ils devraient avoir pratiquement leurs gilets anti-moustiques révèle un employé ayant requis l’anonymat.
Si l’électricité fait défaut dans la zone, les trois(3) bureaux de la PNH logés à Tabarre sont livrés aux moustiques et à la merci des insecticides quoique insignifiants.

La situation des locaux de la police frontalière, du service de la planification de la PNH et du SPAF mérite une considération du chef du CSPN.
À un moment où des policiers sont de plus en plus visibles dans les Nissans Kicks, font des va-et-vient et des patrouilles à la recherche entre autres de nos belles femmes Haïtiennes à Pétion-Ville, sur l’autoroute de Delmas et sur nos routes nationales, le Premier ministre et chef du CSPN Jean Michel Lapin doit réévaluer sa stratégie luxueuse de la sécurité publique et sa vision banale de cette question combien importante pour la population.

Comme les moustiques qui nuisent aux employés de fournir un travail acceptables, l’on se demande si des moustiques n’empêchent pas au CSPN de penser la sécurité du territoire ?

Qui pourrait faire croire au chef du CSPN Jean Michel LAPIN que les carottes sont cuites, et que la sécurité n’est pas une affaire de « show bizz » et de distribution de Nissan Kicks made in Reginald Boulos ?

redactionanalyse@gmail.com

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 22 =