UNIFA: la phare lumineuse de Jean Bertrand Aristide

Autrefois la SEMANAH se préoccupait du fonctionnement des phares placés en haute mer. Leur utilité et leur utilisation faisaient la priorité à chaque fois que le besoin se faisait sentir.

La SEMANAH actuelle semble n’accorder aucune importance aux phares et so far so good, le DG Prevost semble se soucier que de son avenir politique et des sympathisants du parti LAVNI.

Si autrefois (2002-2004) le nom d’Aristide caricaturait à un tigre pour justifier la gestion corruptible, calamiteuse et les nombreux actes répréhensibles et inhumains de son administration, par déficit d’un vrai travail de mémoire… l’Aristide de l’UNIFA est présenté comme une phare lumineuse que tout navire en détresse doit suivre. Que lastima !

C’est quand même bien et opportun qu’un ex chef d’Etat s’adonne à l’éducation de la future génération. C’est aussi important qu’on doit insérer, à l’UNIFA, ce travail de mémoire, afin de permettre aux jeunes de cultiver l’esprit critique et historique.

La cérémonie de graduation des étudiants de l’UNIFA ne devrait pas constituer qu’un espace oratoire pour permettre à chaque fois que le grand et excellentissime homme de lettre et politique Jean Bertrand Aristide nous fasse revivre ses discours d’autrefois.

Aristide doit comprendre que la crise socio-politico-économique que le pays s’engouffrait et que le régime PHTK pataugeait dedans, sans velléités de rupture, est l’une des conséquences de ses nombreuses décisions populistes et irresponsables d’autrefois.

redactionanalyse@gmail.com

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 + 5 =