L’urgence ce n’est pas de changer la constitution, mais de nous débarrasser de la classe politique Ecrit par Odney Lundi

Quand ils font de la constitution la responsable des maux d’Haïti

Si la procédure à suivre pour doter Haiti d’une nouvelle constitution est d’ordre polémique, il y a toutefois un consensus assez partagé sur l’idée de changer celle-ci au non de la stabilité politique et institutionnelle. Car plus d’un porte à croire que cette constitution est entachée de contradiction et de lourdeur quant à la mise en œuvre de certains prescrits et une réforme serait de grande utilité pour le bien de la société haïtienne.

Par contre, sans vouloir disconvenir à ce courant pro nouvelle constitution, je dois toutefois attirer l’attention sur le fait que la constitution est loin d’être la cause de cette pauvreté sévère et mortelle qui sévit dans le pays.

La constitution de 1987 est sans conteste une constitution démocratique qui organise la vie politique en préconisant la séparation des pouvoirs et la participation active des citoyens dans le processus de la constitution et de la construction du pouvoir politique. Elle intègre également les droits sociaux et économiques des citoyens. Ajouter à cela, dans le Préambule de la Constitution de 1987, on lit ceci. « Le Peuple Haïtien proclame la présente Constitution :Pour constituer une nation haïtienne socialement juste économiquement libre et politiquement indépendante…Pour instaurer un régime gouvernemental basé sur les libertés fondamentales et le respect des droits humains, la paix sociale, l’équité économique, la concertation et la participation de toute la population aux grandes décisions engageant la vie nationale, par une décentralisation effective. »

Si on se refère aux élémentaires de la science politique ou encore du droit constitutionnel, au-delà de toutes les controverses opposant le droit et la science politique, la constitution est considérée comme étant le terrain d’élection du jeu politique. De ce fait, la constitution qui est une source de droit à travers ces articles, encadrent et fixent les règles des activités politiques. De ce point de vue, il serait légitime de se poser la question à savoir si c’est la constitution qui veut que les élus et les fonctionnaires d’Haïti soient des déviants , des corrupteurs et des sous-hommes ?

Aujourd’hui, on cherche à tout prix à maintenir le débat public sur le changement de la constitution jusqu’à faire croire que le développement et la libération du pays passera par une nouvelle constitution. Par ricochet, si nous sommes pauvres et archaïques, c’est à cause de cette loi mère de 1987. Rien n’est plus faux car, ce sont nos dirigeants politiques, ce sont les hauts fonctionnaires de l’Etat, ce sont les députés, les sénateurs qui sont responsables de nos malheurs et NOUS NE SOMMES PAS TOUS COUPABLES. Ce sont Eux qui délibérément n’ont pas appliqué les règles constitutionnelles : Quand la constitution réclame une société socialement juste, Eux ils n’ont rien fait pour niveler la société en réduisant les disparités sociales criantes qui rongent le pays. A contrario, ils ont maximisé leur utilité individuelle et de leur clan au détriment de l’environnement social.
Quand la constitution exige la scolarisation primaire gratuite pour tous les enfants du pays, eux, ils détournent les fonds publics alloués à l’éducation pour construire des villas et pour financer des études à l’étranger pour leurs enfants.
Quand la constitution réclame le respect des droits fondamentaux des citoyens comme on les a appris dans le manuel d’éducation civique : le droit à la vie, à la santé, à l’éducation et au respect de vos biens. Eux, ils maintiennent volontairement par pure stratégie de politicaillerie tous les citoyens dans la faim, la soif et le mal-logement. Ils volent notre argent à travers nos taxes et impôts, et ils souillent notre dignité de peuple. Ils font de la corruption une norme de gouvernance, ils gagnent les élections avec des armes à feu et de l’argent de crime économique en mettant à l’écart toute forme de prescrit constitutionnel et toutes les valeurs républicaines.
Quand je parle d’Eux, il faut compter tous les éléments de la classe politique, certains patrons de médias et certaines organisations de la société civile.
Aujourd’hui notre attention ne doit pas être détournée des vrais responsables des maux d’Haïti. Ce sont eux qui ont violé la constitution pour pouvoir nous assujettir à la misère et la pauvreté et à toute forme d’insécurité. CE SONT EUX CONTRE NOUS (SE YO KONT NOU)
La constitution est belle et bien meilleure que nos hommes et femmes politiques qui veulent la changer à tout prix. Ce serait nous jeter dans l’absurdité totale de laisser changer la constitution par ces mêmes spécimens politiques qui l’ont violé. Si on doit changer la constitution, on doit la changer non pas parce qu’elle est la source de nos détresses et de nos souffrances d’ailleurs elle l’est pas, mais c’est en signe de rejet de toute la classe politique crétine qui est sans respect pour la personne humaine et de l’intérêt public qui doit être au centre de toute stratégie de gouvernement. Ensuite, cette classe politique a fait autant de mal à ce pays que les macoutes en avaient fait. C’est pourquoi, le jour de l’adoption de cette nouvelle constitution marquera la venue d’une nouvelle ère où nous serons affranchis des pseudo-partis politiques et de toutes formes d’institutions exclusives (institution qui favorise la disparité sociale).

Odney Lundi
Politologue et Communicant Politique
lundiodney@yahoo fr

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 16 =